Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

Bienvenue sur ce blog !

 

Ouvert en 2005 avec pour thématiques le marketing et la publicité, il a évolué pour traiter aujourd'hui de l'entrepreneuriat.

Je me suis lancée dans cette aventure en créant en janvier 2010 KALIOSHKA, agence spécialisée dans les réseaux sociaux et le management de communautés.

Pour suivre Kalioshka et découvrir les références, retrouvez la page Facebook.

Suivez moi également sur Twitter

 

Anne Claire CODORNIOU

ac.codorniou@gmail.com

 

Recherche

Je suis Caractérielle

Parfois, je suis caractérielle, et quand ça me prend, c'est ici que ça se passe
 

Archives

http://www.wikio.fr
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 18:15
418901_766774474_insomnie_H110045_L.jpg

Quand j’ai commencé à annoncer mon projet autour de moi, j’ai eu droit à une multitude de réactions, bonnes et moins bonnes, en voici quelques unes …

 

« T’as de la chance !!! »

Alors si on estime que oui, on a trouvé sa voie et qu’on a le courage de se lancer, je suis d’accord. Par contre, il ne faut pas oublier certains éléments. Déjà mes revenus vont baisser, je retombe à peine plus que ce que j’avais à mon premier emploi. -700 Euros net. Ca va faire mal, je ne partais pas non plus de très loin. Ca veut dire revoir tout un tas de trucs au quotidien.

Aucune agence immo ne veut louer à quelqu’un qui n’a pas de fiche de paie, aucun banquier ne veut prêter de l’argent à quelqu’un dans une situation si instable.

J’ai le choix entre payer une mutuelle au prix fort ou prier Jésus-Marie-Joseph pour que rien ne m’arrive. N’étant pas née sous la meilleure étoile, j’ai choisi la première solution …

Donc bon, avant de voir « liberté, plus de patron, on gère son temps comme on veut » il faut garder tout ça à l’esprit.

 

«  A 27 ans, tu te lances ?! »

C’est vrai que si on regarde les statistiques, je suis plus dans la période mariage/1er enfant/achat d’appartement. Et oui, pour le moment, ma priorité est mon épanouissement professionnel. Ca n’empêche que j’ai certains projets personnels mais celui qui partage ma vie est aussi entrepreneur, alors nos projets ne sont évidemment pas les mêmes que ceux d’un couple plus « standard ». Et puis mon projet, c’est un vrai bébé, il faut que je m’en occupe tout le temps, il fait rarement ce que j’attends de lui, il me réveille la nuit, je passe des heures à le veiller, à le regarder grandir, il est au cœur de beaucoup de discussions et je veux pour lui le meilleur.

Plus jeune, je n'étais pas prête, comment envisager de gérer une entreprise quand on a à peine fait partie d'une entreprise ?! Comment être crédible face à un propspect quand on a uniquement des stages à son actif ?

Et puis dans tout ça, je reste une fille / une femme, je sais que le jour ou je voudrais avoir des enfants ça changera beaucoup de choses, si mon pojet est stable, viable, il faudra que je m'arrange, je sais que ça va être très compliquée, mais je ne voudrais pas faire porter à une éventuelle progéniture la frustration de ne rien avoir tenté. Alors oui, 27 ans, ça me parait la meilleure période !

 

«  Et cette idée, ça t'est venu comme ça ?! »

Non, je ne me suis pas réveillée un matin en me disant que j’allais envoyer valser tout le confort de la vie de salariée. Annoncer à mes anciens patrons que je voulais partir pour monter ma boite a été difficile, en parler à mes proches aussi. Ce sont des nuits entières à y penser, des mois d’incertitude, une obsession quotidienne, des pages grattées, des tableaux remplis, des heures à lire des témoignages d’internautes, des phases de découragement, des phases d’euphorie, il faut apprendre à équilibrer tout ça. Ca n’est donc pas une impulsion !


«  Si tu t’en sens capable, fonce »

Capable de quoi ? De se lancer ? De réussir ? De rebondir ? C’est vaste et confus. Je souffre du symptôme de « la ptite dernière », la petite sœur, la dernière de la famille, entourée de grands, de personnes qui ont réussi leur vie professionnelle alors non, face à tout ça, je ne me sens pas à la hauteur, mais c’est peut-être l’occasion de voir que je ne suis pas que « la petite dernière », que je peux réussir, ou qu’au moins, je suis capable de le tenter. Et puis en agence on est tellement indépendant que mon métier, je le connais, maintenant, la construction et la gestion d’une entreprise, je ne connais pas, mais je vais apprendre !

 

« Tu as un plan B si ça ne fonctionne pas ? »

J’ai été salariée pendant 5 ans, 2 CDI, une poignée de stages, des CDD, je crois que je suis « apte » au travail de salariée. Alors ça sera certainement très difficile, mais si ça ne marche pas je sais que je retrouverais du travail. Peut-être que dans un an je devrais revoir ma copie, que le bilan ne sera pas en ma faveur, mais je pense que personne ne me reprochera d’avoir tenté l’aventure. Peut-être que je devrais trouver un petit job « alimentaire » pour garder le cap, mais en tous cas aujourd’hui je fais tout pour « prévenir plutôt que guérir », et dans 6 mois je prendrais un peu de recul pour voir ce vers quoi je me dirige, en attendant … il y a beaucoup de travail !

Partager cet article

Repost 0
Published by Codornew - dans Entrepreneuriat
commenter cet article

commentaires

annouchka 15/01/2010 13:00


En plus pour couronner le tout, la création d'entreprise est mal comprise en France, les gens voient tout de suite l'échec au bout du chemin et te regarde d'un drôle d'air en se disant "ça ne va
pas marcher"... le français est terriblement fataliste !
Par contre quand tu réussis, c'est forcément parce que tu as eu "de la chance", pas parce que tu as travaillé pour évidemment ! (je ris jaune mais n'empêche que c'est ce que les gens pensent en
grande majorité).
En tout cas je ne peux qu'approuver ta décision et ton courage, ça montre que même si tu n'as pas totalement confiance en toi à 100% (je pense que ça n'arrive à personne) au moins tu crois en toi
et tes capacités. Après tout tu ne risques pas grand chose au final, je pense même pouvoir dire que tu n'as rien à perdre et tout à gagner. Si ça ne marche pas (mais j'en doute) tu pourras toujours
retomber sur tes pieds avec tes compétences, et tu sortiras enrichie d'une belle expérience.


Madame C 13/01/2010 13:40


Tu veux que je te dise : j'ai 31 ans, une princesse de 3 ans et demi, un crédit sur 20 ans et je reste super zen ! Pourquoi ? Parce que pour la première fois de ma vie pro, je suis à MA place. Ma
petite agence se lance à peine, je déchanterai peut être dans quelques années... Je viens de refuser un poste avec un magnifique salaire : SANS REGRET !!! C'est le bonheur ! 
Je t'encourage vraiment dans ta nouvelle activité et je te souhaite tous les bonheurs du monde pour 2010. A très bientôt ! Clémentine alias Madame C

 


Dom 14/12/2009 17:31


Je vais en rajouter une autre, qui ne tente rien, n'a rien.
Ou comme tu l'expliques toi même, au pire des cas, tu retrouveras (même si c'est la mort dans l'âme) le chemin du travail salarié, mais au moins quoiqu'il arrivera tu auras tenté de réaliser un
projet, un rêve.

No regret donc. (et je parle d'expérience)

je te le redis encore une fois, merde.


Marie 11/12/2009 20:44


C'est très bien résumé!
J'ajouterai même que si c'est pas le moment maintenant et bien se sera jamais le moment :)
Sans enfants et sans prêt immo sur le dos on peut tenter l'aventure pour un an et se réinsérer dans une entreprise si ça n'a pas marché!
En tout cas, je soutiens cette aventure :)


Denis 11/12/2009 20:29


Je suis sur que tu as fait le bon choix, tu vas y arriver. J'ai même cru comprendre que ça part plutôt bien.