Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

Bienvenue sur ce blog !

 

Ouvert en 2005 avec pour thématiques le marketing et la publicité, il a évolué pour traiter aujourd'hui de l'entrepreneuriat.

Je me suis lancée dans cette aventure en créant en janvier 2010 KALIOSHKA, agence spécialisée dans les réseaux sociaux et le management de communautés.

Pour suivre Kalioshka et découvrir les références, retrouvez la page Facebook.

Suivez moi également sur Twitter

 

Anne Claire CODORNIOU

ac.codorniou@gmail.com

 

Recherche

Je suis Caractérielle

Parfois, je suis caractérielle, et quand ça me prend, c'est ici que ça se passe
 

Archives

http://www.wikio.fr
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 17:04

saut-haie.jpg

 

Dans le parcours du combattant – ou presque- pour créer mon SARL j’ai échappé de peu à une catastrophe, à cause du statut autoentrepreneur que j’avais en étant salariée pour percevoir des revenus complémentaires.

Lorsque vous créez votre entreprise, vous pouvez bénéficier de l’ACCRE, exonération de charges sociales pendant un an, autant dire, une aide plus que précieuse !

Le problème, c’est que si vous avez le statut autoentrepreneur, vous êtes considéré comme un créateur d’entreprise et donc si vous voulez créer une vraie structure par la suite, vous ne pourrez, en théorie, pas bénéficier de l’ACCRE.

C’est ce que m’a appris, la bouche en cœur, un conseiller Pole Emploi : « Vous êtes autoentrepreneur ? Vous ne pouvez pas bénéficier de l’ACCRE puisque vous avez déjà créé votre entreprise ».
Autant dire que ce jour là, je me suis un peu effondrée et que tout me paraissait beaucoup plus compliqué !

Voyant qu’il avait fait preuve d’une délicatesse hors norme, et quelque peu excédé de mon insistance, il s’attarde sur mon cas : je n’ai pas déclaré de revenus en autoentrepreneur et suis prête à faire une croix sur les quelques 1.500 Euros en attente de règlement et donc, de déclaration.

Il fallait très vite que je demande à être radiée, ce que j’ai fait illico.

Le « conseiller » m’a dit qu’il ne me « dénoncerait » pas et me laissait donc une chance de pouvoir bénéficier de l’ACCRE.

Au final, c’est bon, j’ai l’attestation me disant que je bénéficie de l’ACCRE, mais je n’étais vraiment pas rassurée et je me dis que si je n’avais pas insisté et légèrement harcelé ce « conseiller », j’aurai pu avoir de sérieux problèmes (à la réunion nous étions 4 dans le même cas et j’ai été la plus insistante – étonnant ?!- et finalement la seule à pouvoir bénéficier de l’ACCRE.)

Comme quoi, avoir un sale caractère peut vraiment faciliter les choses – parfois !

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Codornew - dans Entrepreneuriat
commenter cet article

commentaires

company 12/05/2010 23:22



merci pour tes infos!



marie 03/05/2010 20:52



Effectivement c'est une bonne alternative, j'en entends que du bien. Je te contacterai si besoin, thx !



marie 02/05/2010 18:53



En tout cas merci pour l'info, j'avais déjà pensé lancer un statut d'auto-entrepreneur pour tester l'activité queques mois et ensuite passer en EURL ou autre, eh bien je vais encore réfléchir !



Codornew 03/05/2010 12:34



Marie, si vraiment tu veux tester ton activité, tu as l'option de la couveuse, je ne sais pas si tu connais ... Cet organisme te permet de tester ton activité en condition réelle (tu peux
facturer avec le SIRET de la couveuse) et tu as des formations pour t'aider dans la gestion d'une entreprise, tu es vraiment accompagnée. Tu y restes max un an (si tu es prête plus tôt tu peux en
sortir) par contre, au moment de partir, la couveuse te prends 5 ou 10% des montants que tu as facturé (d'où l'intérêt de partir le plus tôt possible).


Plusieurs de mes amis sont en couveuses et sont assez satisfaits.


Fais des recherches sur GEAI, il  a aussi des réunions d'information très bien faites pour voir si le projet te convient et si tu as intérêt ou non à passer en couveuse.


Je voulais intégrer la couveuse de Paris-Répu mais finalement comme j'avais déjà pas mal de clients / budgets, j'ai choisi de m'en passer. Mais rien que pour les formations (compta, gestion,
droit, choix des structures) je pense que ça vaut le cout ...


 


Si ca t'intéresse dis le moi et je peux te mettre en contact avec 2 amis qui y sont.



edouard 02/05/2010 18:23



De toute façon, le statut d'auto entreprneur n'est pas un vrai statut et plus de 7 sur 10 n'ont pas encore déclaré de revenus


 


Donc si votre choix à a été celui de la SARL c'est un bon choix, maintenant les économies et les aides onvous les donne, et on vous reprend tout tres vite,je maintiens,on ne lance pas un projet
de société sur ces aides vraiment obsolete



Codornew 03/05/2010 12:29



Oui j'ai fait le choix de la SARL et je ne compte pas sur les aides, mais si je peux faire des économies, comme me le permet l'ACCRE, je ne vais pas me plaindre !



edouard 02/05/2010 18:11



C'est une fausse opinion, on ne choisit pas entre le statut d'auto entrepreneur et celui de SARL uniquement pour beneficier de l'ACCRE. Soit dit en passant, les impots sont beaucoup moins
importants avec le statut d'autoentrepreneur et il n'y pas de frais d'expert comptable.


 


Ensuite l'exoneration de charge sociale, c'est du PIPO,la 1ere année on est exonere de 300e c'est super ...


On touche son chomage si on en beneficie, c'est interessant sur ce point si le chômage est consequant, mais tout s'envole vite en fumée


et la 1ere année passe vite, il faut penser à la suite


Ce qu'il faut retenir, concentrer sonenergie sur son activité et ne pas perdre son temps avec ses questions administrives inutiles


 


 



Codornew 02/05/2010 18:19



@Edouard : je crois que vous avez mal compris mon billet, ou je me suis peut-être mal exprimée. Je ne dis pas qu'il faut choisir en fonction de l'ACCRE, je dis que si vous êtes autoenrepreneur et
que vous décidez de créer une SARL vous risquez de ne pas pouvoir bénéficier de l'ACCRE.


Quant aux exonerations, je me permets de reprendre les infos officielles :


"L'exonération ne porte que sur la partie des revenus ou rémunérations ne dépassant pas 120 % du Smic en vigueur au 1er
janvier (19 350 € pour 2010).


Sont prises en charge les cotisations (patronales, et salariales pour les assimilés salariés) correspondant :
 à l'assurance
maladie, maternité, invalidité, décès,
 aux
prestations familiales,
 à l'assurance
(de base) vieillesse et veuvage."


 


Bien sur qu'il faut concentrer son énergie sur son activité, mais le choix de la structure et sa gestion est très
important, il existe des aides (et du même coup, des pièges) dont il vaut mieux être au courant avant de se lancer.